// Cannes 2017 – Quinzaine des réalisateurs // Ôtez-moi d’un doute, Carine Tardieu

L’effervescence cannoise et la soif de films qui vous prend à la gorge sur la Croisette font souvent que les pitchs des métrages présentés dans les différentes compétitions partent à la trappe au profit d’un horaire assez avantageux pour pouvoir caser autant de séances possibles en une journée. Et pour cause ! Notre choix, s’il avait été effectué sur la fiche du film se serait sûrement porté, malgré le casting alléchant, sur un film moins facilement visible en salle. Mais heureuse soit la spontanéité aveugle de l’élaboration des agendas cannois car j’ai passé devant Ôtez-moi d’un doute l’un des meilleurs moments du festival !

A l’image de l’expression légère de son titre, souvent utilisée en prévention d’une réponse un peu moins agréable, la comédie de Carine Tardieu aborde avec une réserve discrète des sujets dignes des plus beaux drame, la parentalité, le coup de foudre, les secrets familiaux, la perte d’une mère… Erwan (François Damiens), robuste démineur breton, apprend à l’occasion d’une visite médicale qui ne devait pas lui être destinée, que son père n’est pas son père. Déjà secoué par cette nouvelle, un autre coup lui tombe dessus, c’est la rencontre d’Anna (Cécile de France), femme indépendante et fougueuse, dont il s’éprend. Malgré l’amour qu’il porte à son père (Guy Marchand), il part à la recherche de son géniteur et rencontre Joseph (André Wims), un vieux révolutionnaire attachant, mais qui se trouve être également… le père d’Anna !

Entre tous ces personnages forts et déterminés, des secrets se nouent ou se révèlent avec autant de tendresse que de situations embarrassantes et explosives. Encadré par un décor breton majestueux, la noirceur des routes de forêts, la discrétion des villes maritimes de pierre brute ou la fraîcheur des ports de pêche accompagnent parfaitement ces intrigues et énigmes familiales à la fois graves, sincères et amusantes. Et pour donner encore plus d’authenticité à cette ambiance armoricaine, la composition musicale d’Eric Slabiak allie tradition bretonne et humour pour une atmosphère toujours empreinte de pétillante solennité.

otez-moi-d-un-doute 11

Toute la force du scénario et de la réalisation de Carine Tardieu réside également dans l’absence complète de jugement ou de leçon vis-à-vis de la famille, de la parentalité ou de l’amour avec lesquels ses personnages doivent découdre. Juliette, la fille d’Erwan, (la très sensible Alice de Lencquesaing), assistante dans un centre de réinsertion sociale, est poussée par ce dernier à retrouver le père de l’enfant qu’elle porte. Cocasse pour un homme lui-même en plein doute quant à ses origines. Ainsi la pleine conscience des actes de chacun, le choix d’un géniteur ou d’un père, la définition de la parentalité, voire même l’attirance malsaine, sensuelle et si érotique qui lie Erwan et sa possible demi-sœur Anna sont tout autant de très habiles situations scénaristiques que de séquences superbement émotives.

Bien sûr, on pourrait s’étendre longtemps sur les savoureux personnages (et les acteurs talentueux) de Carine Tardieu mais on vous laisse découvrir toutes leurs subtilités, aussi assurés qu’hésitants, aussi gauches qu’intrépides, aussi adolescents qu’ils sont sensés être adultes (ou serait-ce l’inverse ?)… Carine Tardieu rejoint avec Ôtez-moi d’un doute les cinéastes qui nous prouvent qu’on peut faire de la comédie avec un vrai scénario et un humour simple et non sur-référencé, de bon goût mais sans se soucier du politiquement correct. Une fois de plus on nous démontre également que les meilleurs acteurs français sont en fait belges !

otez-moi-d-un-doute 1

Reprise de la compétition de la Quinzaine au Forum des Images du 1 au 11 juin. La séance d’Ôtez-moi d’un doute ouvre cette programmation le jeudi 1er juin à 20h. Sortie en salle le 6 septembre 2017.

(Images : SND)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s